Comment organiser son espace de travail chez soi ?

Etre distributeur en vente directe peut rapidement empiéter sur votre vie privée et envahir votre propre domicile si vous ne vous employez pas à séparer correctement les deux univers. Comment s'organiser au mieux et ne pas tout mélanger ?

3475017-blog.jpg

Devenir distributeur en vente directe implique de devoir faire preuve d'une certaine organisation. Papiers administratifs, mais aussi échantillons de produits envahissent petit à petit le domicile, et il est nécessaire de ne pas mélanger ce qui est relatif au travail et ce qui relève de la vie privée. bien qu'il soit difficile de séparer totalement son activité de sa vie personnelle, avec un peu d'organisation et de méthodologie, les deux peuvent cohabiter en bonne intelligence.

S'attribuer un espace

Lorsque l'on est distributeur pour une entreprise de vente directe, il est nécessaire de s'octroyer, chez soi, une pièce, un bureau, qui ne sera consacré qu'à cela. Cet espace permettra de faire une réelle distinction entre son activité professionnelle et sa vie familiale. En effet, Mylène Côme, présidente de l'association des vendeurs à domicile indépendant du centre, explique : « je me suis aménagé un bureau qui est uniquement destiné à mon travail de délits et de président de l'association, ainsi il n'y a pas de mélanges possibles entre documents personnels et professionnels. Lorsque je suis dans cette pièce, je ne travaille que pour cela. Il est indispensable de pouvoir disposer d'un endroit où l'on peut laisser tout son matériel en lien avec la vente directe, de ne pas le poser sur la table de la salle à manger ou de la cuisine. Un document s'égare facilement, et si l'on met à droite et à gauche, on mélange tout, et on va ainsi retrouver ses factures d'électricité au milieu de ces bons de commande ».

Des propos également confirmés par Christine Decadaveine,consultante en vente directe chez Decaudaveine conseils: « dans la mesure où c'est possible, il faut avoir une pièce dédiée à l'activité de distributeur ».

Néanmoins, il faut prendre garde à ne pas se laisser envahir par son entourage, même lorsque l'on dispose de son propre espace de travail. Une chose qui n'est pas toujours facile. « Lorsque l'on s'aménage un espace dédié à son activité de distributeur, il faut tout de suite pouvoir dire à sa famille c'est mon bureau, mon domaine, ici je travaille, donc on ne rentre pas, sauf en cas d'urgence. Lorsque je suis ici, on ne me dérange pas ».

Il est vrai que pour les jeunes enfants c'est plus compliqué à intégrer ils se disent que leur maman papa est là et ils leur est difficiles de comprendre qui ne peuvent pas aller là où le voir. C'est pourquoi beaucoup de vendeuses travaillent une fois les enfants couchés ou lorsqu'ils sont à l'école, constate Mylène Côme.

Les limites doivent être posées au plus vite afin que l'entourage comprenne que ce territoire est comme une entreprise. « Cela implique de mettre des règles que toute la famille doit respecter. D'autant que l'on constate bien souvent que plus le distributeur est organisé, plus cet espace sera préservé de tous, précise Christine Decaudaveine. Seulement, tous les distributeurs nonnécessaires à leur domicile pour pouvoir avoir un bureau ou une pièce qui leur soit réservée.pas de panique, il existe aussi des solutions. Ainsi, la consultante ajoute : « dans ce cas, il faut avoir des boîtes et des classeurs où l'on ne rangera que ce qui est en rapport avec son activité de distributeur. Par ailleurs, ce système de bureau mobile vous permettra d'avoir tout à disposition, quel que soit l'endroit où travailleraient ». Tout est une question d'organisation.

Gérer son temps

La profession de distributeur n'est évidemment pas classique dans le sens ou elle n'est pas soumise à des horaires fixes. Bien que l'on parle parfois d'activités à la carte, il faut bien souvent se soumettre aux dispositions des clients. « Il faut savoir que la journée n'avait dédié bien rempli. En effet, ce sont des rendez-vous, qu'il s'agisse de présentation avec les hôtesses ou de rendez-vous individuels pour les personnes qui n'aiment pas les ventes en réunion, mais aussi une vie familiale et parfois un autre emploi en parallèle. Par ailleurs, la clientèle à des horaires de travail, une vie de famille… Nous devons donc nous adapter », rapporte Mylène Côme. Alors comment s'y retrouver et ne pas être débordé ? Pour ce faire, la présidente de l'association conseil : « il faut d'abord s'organiser de façon à voir ses clients, et ensuite occupé des papiers, que ce soit plus tard au plus tôt dans la journée, ou encore entre 12:00 et 14:00, suivant le planning des rendez-vous. Il est également ceux qui optent pour se dire « le mercredi matin, je ne me consacre qu'un administratif et au phonie ». Cela dépend de son ressenti et de sa vie familiale. Une maman d'enfants emballages préservera ses mercredis après-midi, par exemple. En ce qui me concerne, je préfère privilégier l'aspect relationnel de la profession et favoriser la clientèle, quitte a organisé en fonction de cela. Pour moi, l'administratif peut bien attendre le lendemain ». Au sujet de la bonne gestion de son emploi du temps Christine vient préciser : « il est important d'avoir un agenda dans lequel on note ses rendez-vous professionnels mais aussi personnels. C'est le seul objet qui doit être commun car il permettra aux distributeurs d'avoir une vue d'ensemble sur sa semaine et ainsi d'être mieux organisé à l'avance ».cette organisation est primordiale dans le bon fonctionnement de l'activité en vente directe.

Scinder le plus possible.

Afin de s'organiser au mieux et de ne pas laisser un univers empiété sur un autre, il est important d'adopter certains comportements tiendront le distributeur à dissocier vie professionnelle et personnelle.« il faut vraiment scinder sa vie privée et son métier de vdi. je préconise même d'avoir un compte bancaire spécialisé afin de mieux s'y retrouver et ne pas tout mélanger. Il permettra d'y voir tout de suite plus clair sur ses revenus », explique Mylène Côme.

Une solution que Christine conseille vivement d'adopter. Puis la consultante vient ajouter : « j'irai même jusqu'à préconiser d'avoir un ordinateur personnel et non familiales afin de ne pas tout mélanger. Un peu comme dans une entreprise, vous n'apportez pas votre ordinateur familial pour y travailler. Peu importe qui vous servent également de matériel à des fins personnelles, mais l'important et qui n'appartiennent pas à tous les membres de la famille. Il en va de même pour le téléphone, cela évite de donner son numéro personnel et d'être dérangé en permanence ; c'est une façon supplémentaire de marquer une frontière ».

Il est bien évidemment normal que les produits que le distributeur va proposer à ses clients fasse quand même leur entrée au domicile, néanmoins, cette démarche doit se faire de façon structurée et pondérée, afin de ne pas subir une véritable invasion qui pourrait être une source de conflit avec son conjoint, surtout les premiers temps, lorsque l'activité se met en route et qu'elle est moins rémunératrice. En effet, il est parfois difficile pour un époux ou une épouse de rentrer chez soi et de trouver des produits et des bons de commande un peu partout dans le domicile. Néanmoins, « les catalogues peuvent quant à eux être disposés sur la table du salon et être visible par tous, cela peut être un bon moyen d'élargir sa clientèle, de montrer son activité à sa famille et ses amis, nuance Christine, avant de conclure : si dès le départ le distributeur est organisé, ordonné, aimé en application ses conseils, la cohabitation de ces deux univers et le développement de son activité se passeront très bien avec son entourage ».

Article issue de Vente Directe Magazine.

Pour vous abonner à cette revue spécialisée dans la vente directe : http://www.courriercadres.com/boutique/5-vente-directe-magazine

vente directe vdi fvd pôle emploi organisation travail distributeur indépendant

Ajouter un commentaire