omega-3

Les oméga-3 rendent les artères plus souples

  • Une supplémentation en acides gras oméga-3 améliore la souplesse artérielle.

  • Un indicateur d'une meilleure santé cardiovasculaire.


    omegas-3.jpg

Lire la suite

Les oméga-3 ralentissent le vieillissement

fotolia-37089370-xs-1.jpg

Dans une première étude en son genre des chercheurs ont tenté de mesurer si les oméga-3 avaient un impact direct sur notre longévité. Pour se faire ils mesurent la longueur des télomères. Les télomères sont des séquences d'ADN situées à l'extrémité des chromosomes et dont la fonction est de préserver l'intégrité des informations et empêcher la fusion avec un autre matériel génétique. Plus le temps passe, plus les télomères rétrécissent, au fil des divisions cellulaires naturelles. Des télomères longs sont donc associés à une espérance de vie plus grande. Cette découverte a fait l'objet du prix Nobel de médecine et de physiologie en 2009.


Lire la suite

Un manque d'oméga-3 associé à la dépression

fotolia-37089370-xs-1.jpg

Les acides gras oméga-3 présentent de nombreux bénéfices pour la santé. De précédentes études ont montré qu'une supplémentation en EPA, un acide gras oméga-3 à chaîne longue était efficace pour lutter contre les symptômes dépressifs. Plus récemment, des chercheurs italiens se sont penchés sur le lien entre la dépression chez les personnes âgées et le statut en EPA.


Lire la suite

L'alimentation moderne est trop acide

Depuis quelques années, les chercheurs travaillent sur une nouvelle piste qui pourrait expliquer l’essor des maladies « modernes » liées à notre alimentation : l’équilibre acide-base. Un équilibre indispensable au bon fonctionnement de l’organisme et qui aurait été rompu il y a bien longtemps, avec l’avènement de l’alimentation moderne.

Connaissez-vous l’histoire des oméga-3 ? C’est l’histoire d’une espèce - Homo sapiens - qui, au fur et à mesure de son évolution, a adopté une alimentation qui ne convenait plus à ses besoins. Il y a 100 000 ans, les chasseurs-cueilleurs que nous étions mangeaient presque autant d’acides gras oméga-3 que d’oméga-6. Un rapport idéal pour notre organisme. Puis l’agriculture et l’élevage sont arrivés. Et l’industrie alimentaire est née. Alors notre alimentation a évolué. Moins de poisson, moins de noix, moins de fruits secs. Donc moins d’oméga-3. Et parallèlement plus de céréales donc plus d’oméga-6. Résultat : d’un rapport oméga-6/oméga-3 de 1/1 nous sommes passés à un rapport de 15/1 ! Avec les conséquences que nous connaissons désormais : mortalité cardiaque, troubles de l’humeur, asthme, maladies inflammatoires. Une bien jolie histoire.

Et connaissez-vous celle de l’équilibre acide-base ? C’est un peu la même histoire. Le menu de notre Homo sapiens en faisant la part belle aux végétaux lui apportait des minéraux comme le calcium, le magnésium, le potassium. Nos assiettes sont aujourd’hui garnies de viandes et de céréales agrémentées d’une bonne dose de sel (chlorure de sodium). Cette alimentation riche en protéines et en chlorure a un inconvénient majeur : elle est acidifiante !

Lire la suite