Sclérose en plaques : l'espoir de la vitamine D

Des études préliminaires ont déjà montré un lien entre la prévalence de la sclérose en plaques et la latitude ainsi que le taux de vitamine D : les personnes qui ont des taux plus élevés de vitamine D dans le sang ont moins de risque de développer la maladie. Ces éléments ont permis de découvrir que le statut en vitamine D faisait partie des différents facteurs nécessaires au développement de cette maladie mais la question de savoir si une supplémentation en vitamine D peut améliorer la sclérose en plaques n'est pas encore claire. Des études préliminaires utilisant des doses faibles à modérées de vitamine D n'ont pas donner de résultat concluant.
Cette fois des chercheurs ont décidé d'examiner l'impact d'une forte supplémentation (de 5 000 à 10 000 UI de vitamine D3 par jour) sur le fonctionnement du système immunitaire sur des sujets sains. Au bout de 15 semaines ils ont alors constaté que certains marqueurs sanguins étaient modifiés, notamment une augmentation de la production d'interleukine-10, une puissante molécule capable d'inhiber des phénomènes inflammatoires, et une réduction du nombre de lymphocytes TH17. Ces deux marqueurs semblent jouer un rôle fondamental dans le développement de la maladie (1).
Les chercheurs concluent leur étude en signalant que cette découverte soutient fortement l'idée de lancer des études d'intervention contrôlées pour évaluer l'impact d'une bonne supplémentation en vitamine D chez les patients atteints de sclérose en plaques. En attendant, compte tenu des très nombreuses vertus de cette vitamine, mieux vaut s'assurer que l'on n'en manque pas, notamment en faisant une prise de sang de contrôle.

Ajouter un commentaire